Au pays du soleil levant

Le 07 juin 2016
Dégustation de thé - Kyusu japonais

On reste sur la route avec l'Insolent Parisien qui nous emmène au pays du soleil levant, qui le touche toujours particulièrement, à la rencontre des jardins japonais et de leurs First Flush exceptionnels.

Départ pour ce pays aux mille visages, empreint d'élégance et d'excellence dont une fois de plus, pour notre plus grand plaisir il nous a partagé son journal et quelques photos...
Conférences, visites, plantations, rencontres, tea times… C’est un carnet de voyage remplit de diversité et de découvertes qu’il nous présente.

Préparons-nous une belle tasse de thé avant de nous immerger dans ses récits riches en émotions, et profitons de ce moment d’évasion pour laisser nos sens voyager vers les contrées japonaises…

JOUR 1 : DÉCOLLAGE IMMINENT

Malgré la fatigue, la masse de travail pas encore traitée, les heures enchaînées, les nombreux e-mails qui attendent juste un signe de ma part, les plantations et les cueilleuses n'attendent pas.

Nouveau départ, pour les First Flush du Japon cette fois.
C'est un peu comme me rendre à la maison, avec un peu de stress néanmoins suite aux derniers événements qu'il y a eu la bas, même si nos amis japonais se relèvent toujours la tête haute, allant de l'avant.

Je vous emmène avec moi ?

JOUR 2 : 

ATTERRISSAGE AU PAYS DU SOLEIL LEVANT

Bonjour Paris,

Bien arrivé au pays du yuzu, de l'harmonie, du zen et du thé...
Dans chaque chose ici, il y a un je ne sais quoi dans la matière, de la douceur, de l'équilibre, de la sobriété, de l'élégance, qu'il me plait, à chaque fois, d'en retrouver la structure, à en être surpris, à en être interpellé.
C'est comme si tout n'était qu'invitation au repos de l'âme, au bien vivre, au juste et doux équilibre.
Les extrêmes se retrouvent alors dans les passions vécues, comme l'expression d'une revendication, d'une appartenance à un mouvement, à son adoration à transcender la vie sous un angle choisi.

Peut-être est-ce pour cette raison que j'aime tant ce pays qui a accueilli autant les thés de la maison que j'ai fondée, avec amour et succès que je me suis approprié les terres des plantations où je cueille les feuilles favorites de mes prochaines infusions.

Autant de bonnes raisons pour moi d'y retourner sans cesse.

INTERLUDE SUR FOND DE THÉ

Je me rends à l'évidence que je partage moins qu'ailleurs mes séjours au Japon.
Peut-être parce que j'en connais ici plus que nulle part, les recoins, les ruelles, les gens et l'atmosphère… Ou qu'en saisir les instants est plus difficile qu'ailleurs.

Mais je ne suis pas encore dans mes terres de thés.
Car si je reste plus discret sur cette partie de mon métier, les premiers jours sur place sont consacrés à quelques petites conférences pour lesquelles j'interviens, aux visites des lieux où l'on peut venir s'accorder une pause Theodorienne, à la rencontre simplement de Chefs où l'on papote cuisine et culture...

Il faut dire que THEODOR a la chance d'être considéré, ici, comme une maison de premier plan, qui a réussi le pari de mixer la culture du thé japonais à celle plus parisienne, tout en en conservant l'élégance, l'excellence et la précision, critères indispensables au Japon pour être reconnu et consacré.

Arrivée au pays du yuzu, et teatime en ville

JOUR 3 : CURIOSITÉ ET DIVAGATION

Les rues de Tokyo se sont enfin vidées du flot incessant de leurs passants, à l'heure présente, plus un bruit, juste une ombre au croisement d'un building, un taxi qui s'arrête visible par la lumière des quelques néons qui éclairent encore les grandes enseignes qui bordent l'avenue, le contraste avec le jour est saisissant...

Je m'apprête à rentrer après un dîner très théiné, en tête à tête avec 2 grands Chefs Japonais étoilés, l'un qui officie à Paris, l'autre qui fut notre hôte pour cette fabuleuse soirée...
Piqué par la curiosité, mes pas me dirigent vers l'ombre qui jouxte le building, non loin de là sur le trottoir d'en face.

J'ignorais alors que j'y croiserai Cupidon en personne, de dos, cul nu et tout de bronze, glissé derrière la façade de cette tour de verre, feignant de ne pas me voir et prêt à saisir l'instant pour tendre son arc à de futurs chanceux à qui il jettera son dévolu... dans cette pénombre Tokyoïte.
J'ai bien eu envie de lui expliquer que nul était besoin ainsi de se cacher pour offrir l'amour en cadeau aux inconnus, qu'il laisse faire les choses pour que les rencontres aient lieu, mais me suis ravisé me remémorant avec plaisir les coups de foudre de ma vie, en posant délicatement ma main sur ses cheveux blonds et qu'il me porte chance pour tous ceux à venir.

Ma rencontre avec le thé, après tout, fut l'un d'eux et depuis lors, tout comme ce soir et cette dernière tasse à la main, il faut bien l'avouer, je reste amoureux...

Bonne nuit très cher Cupidon !

 

JOUR 4 : 

EN ROUTE VERS LES PLANTATIONS

C’est aujourd’hui et dans les jours qui suivront que précisément les cueillettes commencent pour les meilleures plantations japonaises.
Quelques Sincha ont déjà été récoltés ici et là, la semaine passée mais nombreux sont les jardins qui ont attendus que le givre du matin disparaissent sur les grandes bâches noires qui couvrent les grands crus en sommeil, avant de les retirer et préserver ainsi les théiers.
Je suis sur l'ouest, entre Nara et Kyoto, sur les terres des Yamato, sur les terres d'Uji, à la frontière des deux territoires où l'on se dispute l'excellence, les méthodes pour obtenir les plus belles feuilles.

Le lever à 5h fut vite oublié ce matin à la vue du sourire et des yeux pétillants de mon hôte ravi de me recevoir. Il a déjà mis son 'kasa' qui le protégera du soleil et est prêt à partir pour récolter les feuilles, les premiers bourgeons. Il me tendra ensuite le mien afin que je le suive dans sa quête, lançant un premier regard vers son père, avec qui il me laissera négocier, j'en suis sûr, le prix des feuilles, après dégustation…
Plus de temps à perdre, direction la plantation du village de Minami Yamashiro, une parcelle très particulière que je suis de près et quim'intéresse, celle du nom merveilleux de 'Azumaya' (la cabane du côté Est), c'est là que se cache mon trésor, mais cette histoire-là, je vous la raconterais plus tard.

Mais vous conviendrez que la bouille de mon hôte, en dit long sur le côté prometteur de ce jardin-là, non ?

Plantations de thé

LA CUEILLETTE DU PREMIER JOUR

1er jour de cueillette des 'Sin-cha' (nouvelles recoltes) à Minami Yama Shiro Mura - Japon.

Une passion naît d'une rencontre, celle qui est la mienne pour le thé, est né par l'écriture et se nourrit chaque jour des visages qui m'accueillent et m'honorent de leur quotidien, en me considérant comme l'un des leurs.
J'ai depuis toujours acheté dans des lieux extraordinaires, allant à la rencontre de jardins inconnus, que ce soit en Chine, en Inde ou tel qu'ici au Japon.

Mais aujourd'hui fut très particulier. Assister au picking du 1er jour (que l'on appelle le festival) est un honneur.
Nous étions 5, puis furent 10, 20, 50,… chaque villageois venant aider ce petit jardin familial dont j'aurais le plaisir de reparler très bientôt.
Je ne pourrais jamais oublier ces visages, le sourire sur le visage des enfants, la solidarité, la générosité dans l'accueil de mes hôtes et de chacun d'entre eux.

De la découverte des théiers de leurs bâches noires à la dégustation des feuilles fraîches justes frites à la poêle, de la pesée à l'ensemble des Process jusqu'à obtenir le Sencha final le plus parfait possible, j'ai ce plaisir immense de vous en partager quelques photos, car plus que les mots qui me manquent, ces images parlent d'elles-mêmes.

Belle journée à Paris chers Tea lovers.

La récoltes des feuilles de thé

JOUR 5 : MON AMI MITSUHIRO INOKURA

Une journée sur les terres du meilleur thé Japonais produit depuis des années, en compagnie de son propriétaire et de mon ami à Nara – Japon.
Mitsuhiro Inokura n'est pas juste un ami, c'est un Farmer, fou de thé, comme il aime se présenter et un Maître en la matière.
Le meilleur thé japonais ? Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont tous les titres dont ses thés sont honorés chaque année parmi tous ceux produits au Japon. Les meilleurs Kabuse, le meilleur du Sencha, l'excellence, une qualité incomparable et inégalée, ce depuis plus de 40 ans.

Ce n'est pas l'affirmation d'une maison, ni le descriptif de notes dans un forum d'un pseudo expert, le jugement d'un groupe d'amateurs, non, c'est la très officielle association des producteurs Japonais qui décerne ces prix et la maison Inokura fait partie des 100 entreprises du patrimoine vivant japonais.
Ces trésors, je les ramène pour THEODOR depuis 7 ans à présent, en exclusivité, fondée sur l'amitié et la passion partagée.

C'est une chance, un honneur, mais aussi un devoir que d'offrir cette excellence tant les thés parfumés que les thés nature pour chaque amateur.
Grâce à lui, entre autres, mon métier est devenu un plaisir et notre maxime une réalité, la vie est pleine de petits bonheurs.
Il y a des hommes de valeur et il y a des hommes d'exception, d'une rare préciosité, d'une rare beauté. Cet homme en est l'un d'eux.

D'une humilité absolue, d'une discrétion incroyable, cet homme, aux côtés de son épouse et de ses enfants, produit le meilleur thé du Japon, depuis toujours.
Être son ami est le plus grand honneur qu'il m'a été fait, être sur ses terres c’est être à la maison, déguster ses thés, c'est récompenser tous les moments difficiles, d'impatience et de doutes que l'on peut avoir lorsque l'on est un petit artisan d'une petite entreprise.

Arigato gozaysmassss Mitsuhiro Inokura

Guillaume Leleu et Mitsuhiro Inokura dans les plantations

JOUR 6 : DERNIÈRES PHOTOS DES JARDINS

Quelles que soient les terres, je ne me lasserai jamais de ces petits monts verts que forment les théiers et qui dans leurs lignes droites dessinent les silhouettes des paysages qui m'entourent en épousant les courbes et recoins.

Les feuilles de thé ici prennent vie, caressées par le vent qui fait frissonner les feuillages des jeunes pousses et qui sonnent à l'oreille comme une douce mélodie de Chopin.
Dans l'air les parfums des arbres qui bordent les plantations, ceux qui viennent de la mer ou des montagnes avoisinantes, viennent titiller votre olfactif comme la promesse d'une fragrance harmonieuse que nous retrouverons dans les feuilles.

Le plaisir des sens ne s'arrête pas là et guide tes pas à vouloir toujours s'enfoncer plus loin, pour y lire d'autres vues, y découvrir d'autres détails que vous ne pourrez capter que sur l'instant.
Il reste à ne pas oublier ces nombreuses mains jointes, de prières et de bienvenue des hommes et femmes qui de ces mêmes mains, d'une précision étonnante, donneront par leurs gestes vie aux tasses… mais comment retranscrire tout cela, si ce n'est de le vivre.

Au coeur des plantations de thé du Japon

JOUR 7 : 

RETOUR À UNE AUTRE FORME DE CIVILISATION

Celle des rues peuplées des grandes villes, celle des abeilles, celle qui me fait dire que je vais devoir rentrer bientôt pour retrouver ma campagne de Bonnières (mais j'avoue, même si moins exotique, tout autant excitante des tasses qui m'y attendent).

Avant cela, je vais profiter quand même encore un peu, puisque le soleil est là !

TEA TIME AU SALON BAKE & TEA  

Prolonger son séjour en conservant les parfums d'un lieu magique.
Déguster à l'autre bout du monde un thé de la maison que l'on a fondée, dans THE Salon où tous les Tokyoïtes se donnent rendez-vous,

Échanger avec le grand Chef 松岡誠也 Seiya Matsuoka, qui a sélectionné vos thés, pour accompagner ses créations, les 'blender' harmonieusement de l'infusion de vos créations.
À Shinjuku, Tokyo, au cœur de la nouvelle tour NeWoman, le salon Bake & Tea a ouvert le 25 Mars dernier, et si vous y êtes de passage, ne passez pas à côté du plaisir d'y aller...
THEODOR Japon vous y accueillera avec cette Japan touch qui fait de l'accueil et du service quelque chose d'exceptionnel.

Rendez-vous très vite à Paris et bon dimanche à tous !

https://www.gotokyo.org/fr/tourists/topics_event/topics/160314/topics.html

Pause théinée au salon Bake & Tea

Et pour prolonger ce voyage, nous vous invitons à découvrir les récoltes de printemps japonaises, que l'Insolent Parisien a sélectionné... le Y.K. Sencha 'Uraka' et le Karigane-cha 'Yamawrau'

Dégustation d'un Sencha, thé vert japonais
  • Nicole Menad Le 22.12.2017 à 17h21 Lui répondre

    Un Super article qui invite à l'envie de voyage...

    • La Maison THEODOR Le 22.12.2017 à 17h21

      On ne peut qu'être d'accord avec vous ;) une véritable invitation au voyage... et à une tasse de thé !