À la rencontre des thés de Chine

Le 12 mars 2019
Une tasse de thé chinois - THEODOR

Les terres chinoises nous offrent des tasses aussi variées que délicates, et la Maison a sélectionné les plus belles plantations pour vous présenter le meilleur du thé nature et d’origine.

Les thés chinois peuvent être très différents, ceci dépendant de leur région d’origine, du climat, du procédé de fabrication et d’oxydation…
On les distingue principalement en fonction de la couleur de leurs feuilles au moment de l’infusion (dépendant de leur niveau d’oxydation), ils sont très souvent répartis en plusieurs « familles de thé », permettant ainsi aux amateurs de trouver plus facilement ce qu’ils recherchent. Et s’il n’est pas toujours simple de s’y retrouver parmi toutes ces variétés (on vous l’accorde…), on vous en dit plus sur les principaux :

  • Parmi eux, on retrouve bien entendu les thés verts de Chine ; ceux en provenance de la région du Hunan, de Yunnan ou encore le célèbre thé Gunpowder ; ce sont des thés sans oxydation, très appréciés pour leurs notes végétales et légères mais aussi pour les multiples bienfaits qu’on leur prête.
  • À l’inverse, les thés Pu Erh sont des thés très oxydés qui subissent au préalable une post-fermentation pouvant durer plusieurs années. Les amateurs apprécieront une tasse de ‘Pu Erh Terre de Chine’ ou encore de ‘Pu Erh Chine Millésimé’ pour bien commencer la journée.
  • La Chine nous offre également ses plus beaux « thés rouges », une appellation typiquement chinoise (en raison de la couleur que prennent les feuilles de thé au moment de l’infusion) et que nous connaissons plus souvent sous le nom de « thés noirs » (à ne pas confondre avec le rooïbos, parfois appelé ‘thé rouge’ à cause de la couleur de ses petites feuilles en vrac). On ne peut que vous recommander le ‘Wulong Rou Gui’, le ‘Keemun F.O.P.’ mais aussi un ‘Grand Yunnan Impérial’ pour des tea times d’exception. 
  • On y retrouve aussi les fameux thés oolong, ou wulong, qui sont des thés semi-fermentés et que l’on caractérise très souvent de « thé bleu-vert » en raison de la couleur que prennent leurs feuilles à l’infusion.
  • À découvrir également, le ‘thé en brique’ ou thé compressé, un format idéal à transporter, mais surtout la dose parfaite pour savourer une tasse de son thé noir, son thé vert ou Pu Er de Chine.
  • Sans oublier les célèbres thés blancs, plus rares mais qui n’en sont pas moins réputés pour leur finesse et les bienfaits qu’on leur attribue. Ils ne subissent pas d’oxydation, et ce sont uniquement les bourgeons qui sont récoltés, avec parfois quelques feuilles, d’où la grande finesse et délicatesse qu’ils offrent en bouche et les papilles en raffolent ! 
    Il est temps maintenant de se préparer une tasse d’un ‘Baï Mu Tan’ tout en subtilité et fraîcheur, ou pourquoi pas d’un ‘Y.Z. White Snow Spiral’ aux jolies feuilles torsadées…