Qu’est-ce que le yerba maté ?

Le 30 novembre 2016

La Maison de thé THEODOR présente des créations composées sur une base de thé, mais pas uniquement. Moins connu du grand public mais tout autant apprécié, le maté fait aussi partie des univers de THEODOR. Mais certains se diront, « maté » ? Qu’est-ce que c’est ?

C’est quoi le maté ?

Le maté ou yerba maté est une plante qui se rapproche du houx, originaire du continent sud-américain, et plus particulièrement consommé dans des pays tels le Brésil, le Chili, l’Argentine, mais aussi le Paraguay, l’Uruguay ou encore la Bolivie. Il s’agit d’une boisson traditionnelle préparée en infusion et à laquelle on prête de nombreuses vertus pour la santé.

Maté bienfaits et préparation

Propriétés du maté

À côté de son goût typique et particulier, le maté est connu pour ses vertus pour l’organisme. Il contient de la théophylline et de la caféine, ce qui en fait une boisson stimulante pour lutter contre la fatigue à court terme ou encore améliorer la vigilance, et stimuler l’esprit et la mémoire.

Le maté est également une très bonne source d’antioxydants et de minéraux, et on lui prête des propriétés diurétiques qui facilitent la digestion et la perte de poids, ainsi qu’une action sur la réduction du cholestérol et bien d’autres propriétés ; comme celles de soulager les douleurs liées aux rhumatismes et les maux de tête.

Préparation du maté

Si l’on respecte sa tradition, il n’est pas simplement consommé, comme ses voisins le thé ou le rooïbos, en infusion classique, c’est-à-dire en faisant bouillir l’eau et en y trempant son sachet de maté, même si on peut très bien le savourer comme tel. 

Il existe une multitude de façon de consommer le maté, en fonction des coutumes, des traditions et des préférences. L’une des plus connue et complexe consiste à le préparer à l’aide d’accessoires bien précis ; à savoir le ‘maté’ (qui est ici le nom d’une petite calebasse servant de gourde) et la ‘bombilla’ (une paille en métal).
On remplit le récipient aux ¾ de maté en vrac, et on incline la calebasse pour permettre aux feuilles de se placer sur le côté, avant d’y ajouter un peu d’eau froide pour permettre la préservation des celles-ci. Puis, on insère la bombilla jusqu’au fond, en longeant la paroi ‘vide’, pour éviter que la poudre de maté ne s’y infiltre, et on ajoute de l’eau chaude (non bouillante). Enfin, on savoure son maté grâce à la bombilla, sans remuer. D’après la tradition, le serveur boit son maté, puis remet de l’eau chaude dans la calebasse avant de la passer au prochain buveur, qui en fera de même…

Cette méthode est en quelque sorte un rituel, que l’on pourrait comparer par exemple au Cha No Yu (cérémonie du thé japonaise) ou au Gong Fu Cha (préparation du thé en Chine), comme une cérémonie locale pour la préparation spécifique de cette plante, mais ce n’est pas l’unique moyen de le consommer. Aujourd’hui le maté est également très apprécié en infusion classique voire même en version froide pour se désaltérer. Sachant qu’on peut bien entendu y ajouter quelques ingrédients selon les préférences, comme des plantes, des fruits, des feuilles de menthe…

Encore peu connu dans nos moeurs, le maté mérite pourtant notre intérêt, par les notes particulières qu’il révèle en bouche, mais également pour cette boisson culturelle et ancestrale qu’il représente. Et pour ceux qui veulent se laisser tenter et partir à sa découverte, THEODOR vous propose son ‘Me Faltas’, une création de la Maison qui présente un maté noir fruits rouges épices, dont vous ne pourrez bientôt plus vous passer…

On vous conseille de préparer cette boisson comme on prépare un thé, avec ou sans sucre, avec une eau chaude à 84° C et une infusion d’environ 3 ou 4 minutes. Et ensuite, savourez...